Drogues : le projet européen SOLIDIFY mène une visite d’étude sur les services de réduction des risques à Paris

Also in... (English)

Paris, France, juin 2019 – Dans le cadre du projet SOLIDIFY, un groupe de représentants de 10 villes européennes a effectué une visite d’étude de deux jours à Paris (FR) sur les politiques locales de réduction des risques en matière de drogues, les 17 et 18 juin. Les délégués ont notamment visité la salle de consommation à moindre risque (SCMR) située près de la Gare du Nord, dans le 10e arrondissement, qui accueille, depuis 2016, des usagers de drogue par injection et qui a suscité des débats animés bien au-delà du quartier.
Le groupe a débattu des besoins et perspectives des politiques locales de réduction des risques et examiné les défis et potentiels qu’elles offrent en terme de sécurité urbaine et de cohésion sociale locale.


>> Rencontre avec des responsables de la mairie de Paris…  

Le premier jour de la visite, des représentants des villes d’Augsbourg, Mannheim et Essen (DE), Lisbonne (PT), Barcelone (ES), Bruxelles et Liège (BE), Paris et Strasbourg (FR), et Ljubljana (SL) ont rencontré à l’Hôtel de Ville de Paris des responsables de la politique municipale sur la drogue et la réduction des risques, qui comprend la salle de consommation.

Participaient notamment à cette rencontre Anne Souyris, maire adjointe de Paris chargée de toutes les questions relatives à la Santé et aux relations avec l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Stéphane Bribard, maire adjoint du 10e arrondissement chargé de la Sécurité, de la Prévention et de la Nuit, Carmen Bach, directrice de la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risque, Elizabeth Avril, directrice de l’association Gaia, ainsi que des représentants de l’Agence régionale de santé, de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives  (MILDECA), et du conseil départemental de Seine-Saint-Denis.


… et visite de la salle de consommation à moindre risque

Le groupe a assisté à des présentations sur la politique de la drogue de la Ville de Paris et sur sa stratégie de réduction des risques, qui comprend notamment la Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR).

Les trois principaux objectifs de la SCMR sont d’améliorer : la santé des usagers de drogue en offrant des services à bas seuil d’accessibilité ; leur situation sociale en (re-)créant un lien entre les individus marginalisés et le système social et de santé, et enfin la sécurité publique en réduisant les risques et les nuisances liées à la consommation ouverte dans les lieux publics.

Le groupe a ensuite visité la SCMR Jean-Pierre Lhomme, Espace Gaia, et a pu constater in situ son mode de fonctionnement, les services qu’elle offre et comment elle répond à la forte demande, étant le seul établissement de cette nature de la région parisienne.


>> Visite des dispositifs de soutien aux usagers de Paris

Par petits groupes, les délégués ont ensuite visité divers dispositifs dans les quartiers du nord de la capitale où il existe des zones de forte consommation de drogue en public mais aussi des services de réduction des risques accessibles au plus grand nombre et adaptés aux différents types d’usagers.

Ils se sont notamment rendus sur la « colline du crack » près de la Porte de la Chapelle, où se trouvent des distributeurs de seringues et où des organisations non gouvernementales organisent des « patrouilles » dans les rues ; la place Stalingrad ; le parc Éole et les dispositifs de gestion des espaces et jardins public, notamment un refuge de nuit pour les usagers de drogue ; et enfin les centres Step, Ego, ainsi qu’un centre réservé aux femmes.

Ensuite, les délégués ont assisté à une projection privée du documentaire Le moindre risque, qui comprend des interviews avec des usagers de la SCMR parisienne, suivie d’un échange avec le réalisateur, Edie Laconi.


>> Échange sur la SCMR et les relations avec les habitants

La deuxième journée de la visite comprenait des échanges sur l’intégration de la SCMR dans le quartier et son acceptabilité ainsi que sur l’impact positif qu’elle a eu sur la tranquillité publique et la sécurité. Cet aspect est au coeur du projet SOLIDIFY, qui cherche à évaluer le potentiel des SCMR pour renforcer la sécurité urbaine et la cohésion sociale.

Pour cet échange, le groupe a été rejoint par Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris chargée de toutes les questions relatives à la sécurité, la prévention, aux quartiers populaires et à l’intégration, Luis Fernandez, conseiller auprès du Préfet de Paris en charge de la prévention de la délinquance et de la radicalisation, et

Marie Jauffret-Roustide, sociologue et chargée de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), qui est notamment en charge d’évaluer la SCMR de Paris.

La discussion a porté sur la réduction des nuisances liées à la consommation en public, comme les seringues jetées dans la rue et les troubles à l’ordre public causés par certains usagers, les résistances des voisins et leur implication dans les services de réduction des risques, la police et les trafics et la consommation dans les quartiers « chauds », et enfin le bon équilibre à trouver entre réduction des risques et répression des comportements à risque en public.

À la suite de ces échanges, la visite s’est conclue par une réunion de coordination et une session de retour d’expérience avec l’évaluateur externe de SOLIDIFY, Fons Mertens.


>> La dernière visite de terrain du projet SOLIDIFY

Après les visites à Barcelone (ES) en juin 2018, La Haye (NL) en octobre 2018, Essen (DE) en janvier 2019, et Strasbourg (FR) en avril 2019, celle de Paris a conclu le programme d’étude de SOLIDIFY.

Ces visites ont permis aux partenaires du projet de recueillir des informations sur les différents types de SCMR et services afférents pour les usagers de drogue. Ils ont aussi pu voir sur le terrain comment les problèmes posés par la drogue affectent de façon différente des villes de plusieurs pays européens, et comment les politiques et les cadres réglementaires varient d’un pays à l’autre mais aussi d’une région à l’autre.

L’expertise recueillie au cours de ces visites a nourri les discussions sur les politiques locales en matière de drogue et les stratégies de réduction des risques, et alimenté les audits conduits au travers du projet dans les villes d’Augsbourg, Bruxelles, Liège, Ljubljana, Lisbonne et Mannheim. Toutes ces villes renforcent actuellement leur stratégie locale avec des SCMR et des services à bas seuil d’accessibilité.


>> SOLIDIFY s’achèvera en décembre

Le projet SOLIDIFY s’achèvera en décembre avec une conférence finale co-organisée avec la ville de Lisbonne et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), à Lisbonne, les 5-6 décembre.

Cet événement sera ouvert au public. Pour plus d’informations et pour vous inscrire, cliquez ici.

Les connaissances et l’expertise accumulées pendant le projet seront utilisées pour produire un guide comprenant des conseils pratiques et des études de cas qui sera mis à la disposition des autorités locales européennes.


L’Efus remercie les co-organisateurs de cette visite pour leur importante contribution : la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risque et l’association Gaia.