Cutting Crime Impact : réduire l’impact de la délinquance dans les collectivités locales

Also in... (English)

CCI


Paris, France, octobre 2019De quels outils efficaces dispose-t-on pour mieux prévenir la délinquance du quotidien et réduire son impact ? C’est à cette question que cherche à répondre le projet européen Cutting Crime impact (CCI), piloté par l’Université de Salford et dont l’Efus est partenaire. Il est financé par le programme Horizon 2020 de la Commission européenne, le plus grand programme de recherche et d’innovation de l’UE. Pendant trois ans (octobre 2018 – octobre 2021), le projet œuvre pour généraliser l’approche préventive face à ce type de délits ayant un impact important sur les citoyens. Les membres du projet développeront des outils d’accompagnement pour les forces de police et les décideurs politiques. 


> Réduire l’impact des délits 

CCI s’intéresse aux délits ayant un impact négatif sur les citoyens : agressions violentes, vols, cambriolages, comportements antisociaux… Son objectif est de permettre à la police et aux autorités locales et nationales de réduire leur impact grâce à des outils spécifiquement conçus par le projet.


> Quatre thématiques centrales 

CCI développera des outils pour quatre thématiques en particulier parmi celles abordées par le projet, qui sont illustrées ici par des pratiques mises en œuvre dans des villes européennes.  


> Police prédictive

La police prédictive est l’application de techniques prédictives et analytiques sur un vaste ensemble de données afin de permettre l’identification précoce de problèmes de criminalité.

En 2014, la police de Basse-Saxe (DE) a conçu un projet pilote qui a permis le développement d’un logiciel de police prédictive appelé PreMap (Analyse prédictive mobile pour la police). Grâce au logiciel, elle a renforcé les patrouilles dans les zones à risque de criminalité. Cela a un effet dissuasif sur les passages à l’acte et permet des arrestations lors de tentatives de cambriolage. PreMap agit également comme un radar de la criminalité qui répertorie les infractions relatives aux espaces publics au cours des quatre semaines précédentes.


> Police de proximité 

La police de proximité doit inspirer la confiance des citoyens et être perçue comme légitime. Elle a de nombreuses priorités telles que les incivilités, la prévention de la délinquance, voire la prévention de la radicalisation.

Le modèle de police de proximité développé à Lisbonne (PT) est axé sur l’analyse des causes des problèmes identifiés par les citoyens. Il s’agit comprendre pourquoi ils se produisent et de mobiliser les ressources locales pour les atténuer et les prévenir. Ainsi, la police collabore avec des représentants de la population locale pour mieux connaître leurs préoccupations en matière de sécurité. En 2017, dans le cadre d’un projet dans le quartier Padre Cruz – un vaste quartier peuplé en majorité par des familles à bas revenus et hérissé de HLM – la police locale et des représentants locaux ont été formés dans le but d’améliorer les relations entre la police et les citoyens et de renforcer la coopération entre les agents de police de proximité, les travailleurs sociaux et les résidents. 


> Prévention de la délinquance par l’aménagement et la planification urbaine

La prévention de la délinquance peut aussi s’exercer au travers de l’aménagement et de la planification urbaine. Cela signifie que des mesures de sécurité sont intégrées dès la conception des bâtiments et espaces ouverts afin de prévenir  la délinquance de réduire le sentiment d’insécurité. 

En 2005, la municipalité et la police du Grand Manchester ont rendu obligatoire la mise en œuvre d’un plan de prévention de la criminalité prenant en compte la dimension sécurité dans la construction d’un bâtiment. Cette obligation est vite devenue insuffisante, le plan étant trop peu axé sur la conception des bâtiments. Il a alors été exigé que le processus de conception d’un bâtiment intègre la sécurité à trois étapes du projet : briefing, design et conception détaillée. Appelé Crime Impact Statement, cet outil de certification a permis d’intégrer plus en amont la dimension sécurité, notamment en intégrant une phase de conseil pré-construction. La police du Grand Manchester dispose d’une « unité de liaison architecturale » composée d’agents, spécialistes de la sécurité et de la gestion des risques criminels, qui préparent des analyses des risques spécifiques aux sites et recommandent les mesures appropriées pour y limiter la criminalité. 


> Mesurer et atténuer le sentiment d’insécurité des citoyens

L’augmentation du sentiment d’insécurité est une conséquence majeure des délits. Il est essentiel de la mesurer et de l’atténuer.

En 1984, Barcelone a décidé de recourir à une enquête pour évaluer l’impact des agressions et de l’insécurité sur la ville. L’enquête est reconduite chaque année afin que ses enseignements servent à la définition des politiques publiques. Elle agrège les informations suivantes : enquête de sécurité publique prenant en compte les agressions vécues par les citoyens, leurs opinions sur la sécurité, le maintien de l’ordre, la justice et l’administration ; informations communiquées par l’administration judiciaire ; informations émanant des départements de la jeunesse, de la santé et des services sociaux de la mairie.   


> Un processus innovant de recherche et de conception 

Afin de créer un éventail de solutions pour prévenir et atténuer l’impact des délits au niveau local, le projet CCI utilise DesignLab, une approche créative de résolution de problèmes et de conception de solutions qui implique la collaboration entre chercheurs, concepteurs et acteurs de la sécurité. L’objectif est de développer des produits ou services qui correspondent aux pratiques, exigences et préférences des utilisateurs finaux (force de l’ordre et techniciens en charge de la sécurité). L’intérêt du DesignLab est de reformuler les problèmes identifiés, de contester de manière créative les hypothèses émises et de générer de nouvelles idées.  


> Vers la création d’un modèle de sécurité européen 

CCI, avec le soutien de l’Efus, cherche à intégrer la délinquance du quotidien au sein de l’agenda européen de sécurité. Actuellement, la stratégie de sécurité intérieure de l’UE est essentiellement axée sur le terrorisme et la radicalisation, la criminalité organisée et la cybercriminalité. Dans l’objectif partagé de rapprocher les institutions européennes des citoyens, il devient urgent d’y inclure la délinquance du quotidien dont l’impact sur les citoyens et leur bien-être est tout aussi fort. 

Andrew B. Wootton
Directeur, Design Against Crime Solution Centre, Université de Salford

Elizabeth Johnston
Déléguée générale, Forum européen pour la sécurité urbaine